Mathias LOUARN, directeur adjoint de la Solitaire du Figaro depuis 2003.

Mathias LOUARN, directeur adjoint du Vendée Globe 2004-2005, 2008-2009 et de la Solitaire du Figaro depuis 2003.

Que représente la balise Argos pour vous en quelques mots ?

La balise Argos est avant tout le seul lien sur des courses comme le Vendée Globe ou la Solitaire du Figaro qui permet de savoir où se trouve la flotte de concurrents, de connaître leurs parcours réels, leurs vitesses ainsi que leurs caps. C’est à partir de toutes ces données, que l’on peut en déduire si tout va bien ou non. C’est un véritable outil de gestion de courses qui améliore la sécurité et qui nous permet de suivre les bateaux en temps réel aujourd’hui.

Quand la demande d’assistance de la balise Argos vous a-t-elle été utile pour la dernière fois?

Sur ce point, j’ai eu de la chance, personnellement, depuis que je suis dans le métier, aucun skipper n’a déclenché de demande d’assistance Argos !

Mais la balise de localisation et de demande d’assistance Argos reste un véritable outil de sécurité ! Comme je le disais précédemment, elle permet de connaître non seulement la position des bateaux toutes les 30 minutes mais elle permet également d’obtenir la trajectoire des concurrents (paramètre très important de surveillance du bon déroulé de la course). En terme de secours, c’est la balise COSPAS/SARSAT qui est dédiée à la demande de secours. Mais on demande toujours au skipper de confirmer son appel de détresse par une demande d’assistance Argos, si les deux sont déclenchées en même temps c’est qu’il y a un gros pépin et qu’il faut réagir rapidement.

La balise Argos a beaucoup évolué ces derniers temps, elle répond à nos besoins actuels d’organisateur de course. Le fait qu’aujourd’hui la balise livre les positions, cap et vitesse en temps réel est un plus pour nous aussi bien en terme de sécurité que de médiatisation. Ce qui fait également la force de la balise Argos c’est que c’est la seule et unique à être flottante, autonome et antichoc. CLS est la seule entreprise capable de fournir un tel équipement. Même si il n’y a plus de moteur, plus de mât, etc., la balise est totalement autonome et indépendante des circuits d’alimentation du bateau. Un sacré plus !